Qu’est-ce que OSLC (Open Services for Lifecycle Collaboration) ?

Ce qui suit est une traduction en français que j’ai réalisée pour les sections d’introduction aux spécifications d’OSLC Core. Je pense qu’elles donnent quelques informations générales sur ce qu’est le standard OSLC, qui seront éventuellement utiles aux non-anglophones. Bien-sûr cette traduction ne se substitue pas à l’original, et est limitée aux paragraphes d’introduction, le détail des specs étant à lire en anglais dans le texte.

Introduction

L’initiative « Open Services for Lifecycle Collaboration » (OSLC) crée une famille de spécifications de services web pour des produits, services et autres outils qui soutiennent toutes les phases du cycle de vie des logiciels et produits. L’objectif de ces spécifications est de permettre l’intégration entre des produits qui opérent la « gestion du cycle de vie des applications » (Application Life-cycle Management – ALM) ou la « gestion du cycle de vie du produit » (Product Life-cycle Management – PLM). Chaque portion du cycle de vie et chaque domaine ont leurs propres groupes et spécifications, par exemple on trouve « Gestion des Changements » (Change Management), « Gestion de la Qualité » (Quality Management), « Estimations et Mesure » (Estimation & Measurement), etc. Chacune des spécifications de domaines est construite sur la base des présentes spécifications de base.

Cette « Spécification de base d’OSLC » (OSLC Core Specification) définit les caractéristiques communes que l’on peut s’attendre à voir supportées par chaque Service OSLC, en utilisant la terminologie issue du World Wide Web Consortium (W3C). La terminologie nouvelle que nous introduisons peut être retrouvée dans la section de glossaire ci-dessous. Cette présente spécification concerne principalement les Services OSLC […]. Elle contient également certaines exigences concernant d’autres spécifications OSLC et pour les Clients OSLC.

Les Services OSLC sont accessibles par le biais d’une « ressource Fournisseur de Service » (Service Provider ressource) qui décrit les Services offerts. Chaque Service peut fournir des « Fabriques de Création » (Creation Factories) pour la création de ressources, des « Capacités de Requêtage » (Query Capabilities) pour la recherche de ressources, et des « Dialogues d’IHM Déléguées » (Delegated UI Dialogs) pour permettre aux clients de créer et sélectionner des ressources via une IHM Web. Les Query Capabilities et les Creation Factories peuvent fournir des « Formes de Ressources » (Resource Shapes) qui décrivent les propriétés des ressources gérées par le service. Ceci est illustré dans le diagramme ci-dessous. Voir la section suivante sur les Service Provider Resources pour une description plus complète de ces concepts.

Concepts et relations dans la spécification de base OSLC
Concepts et relations dans la spécification de base OSLC

Cette spécification définit une terminologie et des règles pour la définition de ressources en termes de noms de propriétés et de types de valeurs qui sont autorisés ou exigés. […]
Cette spécification définit également des règles pour la création de représentations de ressources aux formats RDF/XML, JSON, Atom et Turtle. […]

[…]

À propos de RDF. Le modèle de données basé sur des ressources et propriétés utilisé dans les ressources OSLC est basé sur Resource Description Framework (RDF) et OSLC exige des représentations RDF, mais OSLC utilise une portion limitée des concepts de RDF et n’exige pas des implémentations de fournir un stockage de triplets RDF ni un moteur de requêtage SPARQL.

Considérations relatives à la conception

Les fondements philosophiques d’OSLC consistent à s’appuyer sur l’architecture du World Wide Web, puissante et qui passe à l’échelle, et à faire les choses les plus simples possibles qui marchent.

S’appuyer sur le WWW. OSLC s’appuie sur l’architecture du WWW et s’inscrit dans les principes architecturaux REST. Ceci signifie que les services OSLC fournissent une interface HTTP uniforme, que les URIs OSLC sont stables et opaques et, en pour faire simple, qu’OSLC fonctionne comme le Web.

Faire simple. Faire les choses les plus simples qui puissent éventuellement fonctionner a quelques répercussions en ce qui concerne OSLC. Cela signifie commencer avec des concepts simples et existants. Par exemple, nous modélisons tout comme étant une ressource avec des valeurs de propriétés et ne nous écartons pas de ce modèle. Faire simple signifie aussi s’appuyer sur des spécifications bien définies et reconnues, mais aussi prendre soin de limiter le nombre des spécifications auxquelles on se réfère. Cette simplicité est destinée à permettre un couplage faible et à rendre la vie plus facile à tout le monde: les groupes de travail des domaines OSLC, le travail d’implémentation des services OSLC et les développeurs de clients OSLC.

Satisfaire des schémas différents. En raison de la variété des domaines OSLC, qui couvrent les cycles de vie et les plate-formes, OSLC doit fonctionner pour des systèmes avec des schémas de données très différents ou pas de schémas du tout. La flexibilité est nécessaire, mais certains services OSLC doivent pouvoir offrir des informations de formes de ressources de façon à ce que des clients puissent apprendre quelles propriétés sont autorisées ou requises pour la création des ressources, le requêtage ou le reporting.
Satisfaire des représentations différentes. Différentes plate-formes clientes peuvent demander ou au moins préférer différentes représentations. Par exemple, dans un navigateur, les formats de représentation JSON ou Atom peuvent être plus adaptés. Les services OSLC seront tous compatibles avec RDF/XML et peuvent supporter d’autres formats comme JSON, Atom et Turtle.

S’aligner sur l’initiative Linked Data du W3C. Au lieu de définir un nouveau modèle de données, l’approche par ressource et valeur de propriété d’OSLC est basée sur le modèle de données du standard industriel Resource Description Framework (RDF). Ce modèle permet à OSLC de rester simple, de s’appuer sur le WWW et de satisfaire des schémas différents.

La suite, dans OSLC Core Specification Version 2.0

Cette traduction effectuée dans le cadre du projet Helios est publiée sous la même licence que l’original : Creative Commons Attribution 3.0 United States license (“CC-Attribution License”).

One thought on “Qu’est-ce que OSLC (Open Services for Lifecycle Collaboration) ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *